Rationalisation : on imprime mieux au centre hospitalier de Daumézon

 

Le centre hospitalier départemental Daumézon comprend un site principal à Fleury-les-Aubrais et quelque 40 sites distants sur l’ensemble du Loiret.

Après un audit réalisé en octobre 2010, une rationalisation des systèmes d’impression a été opérée par Dactyl début 2012. Jocelyn Cadon, Directeur du Système d’Information, revient sur le choix d’une prise en charge globale de son parc  d’impression.


« Nous disposions auparavant d’une installation classique d’imprimantes simples acquises par grappes, et d’un marché pour l’achat de toner géré dans le cadre d’une administration centralisée.
Un budget important était alors consacré aux consommables, qu’il nous fallait par ailleurs redistribuer dans les différents sites, aux quatre coins du département.
Notre réflexion en matière de rationalisation des impressions nous a amenés à envisager un modèle comprenant la location de matériel, la maintenance et la gestion des consommables.
La solution proposée par Dactyl a été celle qui répondait le mieux à l’expression de notre besoin, site par site, et qui intègre en outre la dématérialisation des fax. Nous avons réduit le nombre de nos imprimantes de 450 à 350 en nous basant sur les résultats de l’audit. La gestion des consommables qui nous obligeait auparavant à faire des stocks a également progressé : nous savons désormais que la commande s’effectue automatiquement avec une livraison sur place, bien appréciable lorsque le parc est éclaté sur l’ensemble du département !
Le travail sur la rationalisation des impressions apporte aujourd’hui beaucoup de satisfaction aux utilisateurs par l’installation d’une centaine d’imprimantes multifonctions en partage. Le suivi du parc est réalisé grâce à l’offre Zeta’manage (PSES installé en local), qui gère la dénomination des imprimantes, la remontée automatique des compteurs, des commandes de consommables...
Au final, nous avons donc externalisé complètement la prestation, ce qui permet à nos informaticiens de se recentrer sur leur coeur de métier. Le tout, pour un budget équivalent à celui investi il y a encore deux ans dans une organisation moins performante. »